Catherine Van de Voorde
Sophrologue à Paris 16
Catherine Van de Voorde
Sophrologue à Paris 16

TDAH : une Journée Nationale pour mieux comprendre ce trouble

Sophrologie et TDAH

Pourquoi une Journée Nationale consacrée au TDAH ?

Le mois de juin sera désormais le mois de la sensibilisation au TDAH. Samedi 12 juin 2021 a eu lieu la toute première Journée Nationale de Sensibilisation au Trouble du Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (JNTDAH) sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel Macron. À l’initiative de l'association TypiK’AtypiK et de l'association TDAH - Pour une égalité des chances et en lien avec d'autres associations, la journée avait pour objectif :

 

  • De faire connaître et reconnaître ce trouble auprès du grand public, mais aussi des publics concernés : familles, enseignants et professionnels de santé
  • D'alerter les pouvoirs publics sur la nécessaire urgence de la reconnaissance et de la prise en charge du TDAH en France.

 

Des témoignages et des conférences en visioconférence avec les experts du domaine ont eu lieu dans toute la France pour présenter ce trouble et les problématiques qui lui sont associées : TDAH à l'âge adulte, scolarité et inclusion scolaire, les dispositifs d'aides à la scolarité, hygiène de vie et TDAH,.... 

 

Dans ce premier article d'une série dédiée au TDAH, vous trouverez des informations sur les spécificités de ce trouble, sa prise en charge médicale actuelle et l'intérêt offert par la sophrologie dans un contexte de TDAH. Vous trouverez également les replays de certaines conférences données dans le cadre de la JNTDAH ainsi  qu'une liste de ressources en lien avec cette journée. Bonne lecture !

Qu'est-ce que le TDAH ?

Le Trouble Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) est un problème neurobiologique qui apparaît durant l’enfance. Le cerveau des personnes atteintes du TDAH se développe et fonctionne différemment avec certaines zones du cerveau qui d'habitude jouent un rôle d’autocontrôle, comme un «chef d’orchestre», et qui là, ont plus de difficulté à s’activer. Les personnes souffrant d’un TDAH ont une instabilité de la capacité d'attention – Difficulté à maintenir l'attention, à terminer une tâche, oublis fréquents, difficultés d'anticipation,... – qui est associée ou non à :

 

  • Une hyperactivité motrice - Agitation incessante, incapacité à rester en place,...
  • Une impulsivité - Difficulté à attendre, tendance à interrompre les activités des autres,...
  • Une hyperréactivité émotionnelle et des difficultés de régulation émotionnelle dans certains cas

 

Ce trouble concerne en France entre 3 et 5% des enfants d’âge scolaire et environ 3% des adultes, soit environ 2 millions de personnes. Des études de prévalence et de suivi ont montré que pour les enfants ayant un TDAH, les symptômes persistent chez 70% d'entre eux à l'adolescence et chez plus de 50% à l'âge adulte.

 

Le TDAH n'est pas une maladie, c'est un trouble neurodéveloppemental, comme l'autisme !

L'origine du TDAH : qu'en pensent les chercheurs ?

Si les origines exactes du TDAH ne sont pas encore précisément définies. il est maintenant clairement admis que le TDAH n’est pas en lien avec un contexte familial défaillant en matière d’éducation, un mauvais enseignement scolaire ou un manque de volonté d’apprendre et de se comporter correctement. La communauté scientifique s'accorde à penser que l'origine de ce trouble est poly-factorielle, résultat d'une interaction entre des facteurs génétiques, neurobiologiques et environnementaux :

 

  • Du côté de la génétique, les antécédents familiaux semblent contribuer : environ 25% des enfants TDAH ont des parents remplissant aussi les critères diagnostiques pour ce trouble
  • Du point de vue neurobiologique, des études d'imagerie cérébrale indiquent que le TDAH est associé à un dysfonctionnement de la connectivité entre certaines régions du cerveau, notamment les circuits neuronaux responsables de l'attention, l'autorégulation et la planification.
  • Du point de vue environnemental, les conditions périnatales, les toxines, les facteurs alimentaires et l'adversité psychosociale sont des facteurs qui pourraient contribuer à l'apparition d'un TDAH.

Le diagnostic du TDAH

Le diagnostic est établi par un médecin spécialiste du TDAH : pédiatre, neurologue, psychiatre pour enfant ou neuropsychologue. Il s'agit d'un diagnostic clinique qui analyse différentes sources d'informations (enfant, parents, milieu scolaire) et repose sur la manifestation d'un certain nombre de symptômes d'inattention et d'hyperactivité/impulsivité qui :

 

  •  Apparaissent avant l'âge de 12 ans
  •  Perdurent pendant au moins 6 mois
  •  Se manifestent dans au moins 2 environnements différents (famille, école, loisirs,...)
  •  Retentissent sur les apprentissages scolaires, les relations sociales et la qualité de vie et constituent une véritable souffrance pour l'enfant

 

Il s'agit d'un diagnostic complexe à établir car la majorité du temps, le TDAH enfant comme adulte est associé à d'autres troubles ce qui complique et aggrave la symptomatologie : troubles des apprentissages ou troubles « dys », troubles anxieux, voire anxio-dépressif, troubles d’opposition, troubles du sommeil, troubles du spectre autistique,...

Quelle prise en charge médicale du TDAH ?

Les symptômes du TDAH et le cas échéant, leurs troubles associés, sont très impactant dans la vie quotidienne du patient et de sa famille car ils perturbent de façon importante la vie scolaire, familiale, sociale, et, plus tard professionnelle.

La prise en charge du TDAH est pluridisciplinaire et implique toujours une collaboration entre l’enfant, les parents, les enseignants et les professionnels de santé. L'enfant et les parents peuvent se voir proposer différentes prises en charge non médicamenteuses dans un premier temps (psycho-éducation, thérapie comportementales et cognitives, guidance parentale, remédiation cognitive, rééducation en orthophonie, psychomotricité, ergothérapie,...). Puis, si cela est insuffisant pour l'enfant de plus de 6 ans, des médicaments psychostimulants peuvent être prescrits dans certains cas.

 

S'il n’existe aucun traitement guérissant le TDAH, ces prises en charge permettent de réduire autant que possible les symptômes. Elles atténuent aussi les conséquences du TDAH sur le développement de l’enfant et sur ses relations avec son entourage.

La sophrologie, une alliée pour mieux vivre avec le TDAH

En complément de la prise en charge médicale, la sophrologie peut-être d'une grande aide car elle offre des outils qui permettent à la personne souffrant de TDAH de mieux vivre au quotidien avec son trouble et ses co-morbidités associées : difficultés scolaires, anxiété, sentiment de rejet social (par les autres élèves, les professeurs, dans le milieu professionnel,...), perte de confiance, image négative de soi (conséquence de l’image négative renvoyée par l’entourage),...

 

Dans un cadre d'écoute et de bienveillance, l'intention de la sophrologie est d'aider l'enfant, l'adolescent ou l'adulte ayant un TDAH à développer une écologie intérieure - corporelle, mentale et émotionnelle - soutenante dans son parcours de vie : prendre soin de lui, apprivoiser ses difficultés, prendre conscience de ses qualités (créativité, intuition,...) et  cultiver une bienveillance envers lui-même afin d'avoir une relation plus apaisée à lui-même et aux autres. Le but est que la personne devienne autonome à l'issue de son accompagnement et inscrive la sophrologie comme outil de gestion de son quotidien pour une meilleure qualité de vie.

 

Méthode psychocorporelle basée sur la respiration, la relaxation en mouvement et la visualisation d'images positives, la sophrologie s'adapte aux besoins de la personne avec un TDAH en proposant des outils simples, faciles à reproduire dans son quotidien (école, maison....), ludiques pour les enfants, qui vont permettre un travail d'apprentissage (« jeu » pour les enfants) notamment sur la détente, la concentration, la mémoire, le sommeil, la régulation des émotions et/ou l'estime de soi.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'intérêt de la sophrologie dans un contexte de TDAH, vous trouverez ci-dessous un lien youtube de l'entretien donné, dans le cadre de la JNTAH, par deux sophrologues spécialisées dans le TDAH. Elles détaillent les bienfaits de la sophrologie pour l'enfant/ado et l'adulte et présentent également leur travail pour former des sophrologues aux spécificités du TDAH.

 

La sophrologie est également très précieuse pour les proches de la personne TDAH que ce soient les parents de l'enfant ou le conjoint. En effet, les répercussions du TDAH au sein de la famille sont lourdes avec un épuisement ou une culpabilité pour les parents et une incompréhension du conjoint pour les adultes. La sophrologie offre au proche aidant un espace d'expression de ses ressentis sur la situation vécue, de déchargement de ses émotions telles que la colère, elle favorise un état de calme propice à la prise de recul et permet de retrouver l'énergie suffisante pour continuer à soutenir son proche efficacement.

Epuisé(e), vous êtes parent d'un enfant TDAH et vous souhaitez retrouver un état d'apaisement physique, mental et émotionnel pour mieux aider votre enfant ?

Sautez le pas et prenez rendez-vous ! 

Hqdefault

Articles similaires

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site est parrainé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion